que du texte

Des articles avec que des mots écrits dedans, sur des thèmes divers et variés, sérieux ou pas, et même pas de photo, ni en couleur ni en noir et blanc, rien ! La misère pour un blog photo quoi !

Fil des billets

mardi, 27 janvier 2009

L'Auto-entreprise et le Photographe 2/3 : les fausses idées

le Photographe est un être fragile et sensible, il se questionne, s'interroge. Voici donc pour le Photographe inquiet, un début de réponse, en défrichant les mauvaises idées sur l'auto-entreprise ...

Le Photographe auto-entrepreneur ne paye pas ses charges sociales

En ce qui concerne les déclarations sociales, le statut d'auto-entrepreneur n'est pas une dispense. Les charges sociales sont payées au même titre que n'importe quelle entreprise : la différence réside dans le fait que le régime micro-social permet de verser ces charges en pourcentage du chiffre d'affaire, et non au forfait. Ceci permet justement d'éviter de sur-endetter la jeune entreprise. Pour mémoire, c'est déjà le modèle de paiement de charge dont bénéficient les auteurs, dont les photographes (via Agessa) et les artistes (via Maison Des Artistes).

Le Photographe auto-entrepreneur ne crée pas d'emploi

Quid de l'auto-entrepreneur lui-même ? Créer une entreprise, même à faible ambition, c'est déjà créer de l'emploi : celui de l'entrepreneur. Et puis le Photographe n'est pas si solitaire qu'il en a l'air. Comme tout animal, qu'il soit social ou pas, il fait parti d'un "photosystème" comprenant de nombreux intervenants : fournisseurs de matériel, agences, laboratoires, graphistes, journalistes, éditeurs, imprimeurs, modèles, ... ça aussi, c'est créer de l'emploi !

Le Photographe auto-entrepreneur travaille "au noir"

Le travail au noir, notamment le travail "du week-end" est un vrai problème, surtout dans la photographie. Les lois sont claires sur ce point, pourtant les travailleurs au noir continuent de travailler. Plutôt que de l'ignorer, l'état a préféré offrir la possibilité à ces travailleurs de légaliser leur activité d'appoint. L'auto-entrepreneuriat est une méthode pour contrer le travail illégal, peut-être pas parfaite, mais qui a le mérite d'exister.

L'Auto-entreprise et le Photographe : qu'est-ce que c'est ?

Ici, sur ce blog :
Auto-entrepreneur : le point de vue de l'artiste
Auto-entrepreneur : découverte d'un nouveau statut
Photographe et Auto-entrepreneur : subtilité

Ailleurs, sur la toile :
Le site de l'Auto-Entrepreneur
Le site de l'Union des Photographes Créateurs

jeudi, 22 janvier 2009

L'Auto-entreprise et le Photographe 1/3

Le Photographe est un animal protéiforme : amateur, artiste, artisan, journaliste, industriel, esthète, formateur, auteur, consultant, metteur en scène, galeriste, scientifique, publiciste, aventurier, philanthrope, ermite, marketeur, écrivain, passionné, passionnant ... Cela vous semble un joyeux charivari de personnages, et pourtant, il y a autant de métiers différents dans la photographie qu'il y a de Photographe.

Autrefois, avant de signer le contrat du Photographe, il fallait savoir dans quelle case on allait nous ranger : artisan ? auteur ? commerçant ? Malheur à toi, Photographe qui ne voulait pas rentrer dans un de ces trois moules !

Aujourd'hui, le gouvernement nous fait un très joli cadeau : le statut d'auto-entrepreneur ! je ne reviens pas sur ce qu'il apporte à tout un chacun, d'autres sites mieux renseignés en disent plus que moi. Ce statut magique permet enfin à l'animal Photographe de faire tout ce qu'il veut avec son talent ! Le Photographe peut changer d'objectifs comme il change d'objectif. Le photographe peut être formateur, éditeur, consultant, artiste, commerçant, auteur, artisan... tour à tour ou tous en même temps !

Mais le Photographe est un être fragile et sensible, il se questionne, s'interroge. Voici donc pour le Photographe inquiet, un début de réponse, en défrichant les mauvaises idées sur l'auto-entreprise ...

Ici, sur ce blog :
Auto-entrepreneur : le point de vue de l'artiste
Auto-entrepreneur : découverte d'un nouveau statut
Photographe et Auto-entrepreneur : subtilité

Ailleurs, sur la toile :
Le site de l'Auto-Entrepreneur
Le site de l'Union des Photographes Créateurs

mercredi, 31 décembre 2008

Auto-entrepreneur : le point de vue de l'artiste et de l'auteur

L'arrivée de cette nouvelle forme d'entrepreneriat va permettre à l'auteur de ne plus passer par des prestataires qui se sucrent sur son dos pour bénéficier du fruit de son art :
Avec ce statut, un artiste (photographe, graphiste, peintre, sculpteur, compositeur etc.) va pouvoir avoir des petites productions à but lucratif ou culturel et en toucher la totalité des bénéfices !

Un exemple concret : les cartes postales. Aujourd’hui, si je veux vendre des cartes avec mes photos, je dois passer par un éditeur de cartes postales qui publiera quelques dizaines de milliers d’exemplaires et qui me reversera quelque chose comme 5% de droit d’auteur (s’il ne me paye pas simplement un petit forfait symbolique). Pour contourner ça, il m’aurait fallu monter ma propre maison d’édition de cartes postales avec les contraintes légales réglementaires et financières que ça implique, et devoir imprimer une quantité astronomique de cartes avec le réseau de distribution qui va avec pour pouvoir rentrer dans mes frais…

Avec le statut d’auto-entrepreneur, j’appelle un petit imprimeur, j’édite mon petit paquet de 500 cartes postales que je vends sur internet ou dans un marché, en toute légalité. Ma plus grosse contrainte est de faire mes comptes proprement.

Et des exemples d’applications pratiques de ce nouveau statut, pour les artistes, il y en a pléthore : badge, affiches, cd de démo, objet de déco, bijouterie fantaisie… sans parler des interventions de conseil, de formation, de direction artistique … Des activités qu’on ne peut pas avoir avec le statut d’artiste ou d’auteur, et qui auraient obligé à monter une structure juridique à chaque nouvelle fonction, car elles sont toutes incompatibles.

Pas de doute, le statut d'auto-entrepreneur est fait pour nous !

Nuage au-dessus de ce ciel bleu : après avoir dépioté le site officiel de l'auto-entrepreneur, je réalise que c'est un statut auquel je ne peux pas prétendre, car mon entreprise est déjà créée et que je déclare ma tva. Techniquement, être auto-entrepreneur signifie être en micro-entreprise avec un régime micro-social, c'est-à-dire ne pas déduire sa tva. Et quand on a opté pour la déclaration de tva, on ne peut plus revenir en arrière...

A lire aussi ...

L'Auto-entreprise et le Photographe : qu'est-ce que c'est ?

Le Photographe Auto-entrepreneur : les fausses idées.

Ici, sur ce blog :
Auto-entrepreneur : le point de vue de l'artiste
Auto-entrepreneur : découverte d'un nouveau statut
Photographe et Auto-entrepreneur : subtilité

Ailleurs, sur la toile :
Le site de l'Auto-Entrepreneur
Le site de l'Union des Photographes Créateurs

mercredi, 15 octobre 2008

Tempus Fugit fait salon : le bilan

Ce week-end, donc, j'étais au salon Blogs et Livres de Paris. Cette première édition ma foi fort sympathique, a pourtant souffert d'un cruel manque de communication (entraînant un cruel manque de visiteurs). Qu'à cela ne tienne, l'occasion a été quand même bonne de rencontrer des auteurs d'horizons variés. Dans les prochaines semaines, je me ferai un plaisir de vous en faire découvrir quelques uns (si vous ne les connaissiez pas déjà)

Lire la suite...

lundi, 28 avril 2008

quelque chose de pourri dans le royaume de danemark

Le jugement est définitif, Guillaume de Laubier, photographe chez Elle Déco jusqu'à son récent licenciement, est bien l'auteur de ses propres photographies. Du grand n'importe quoi cette affaire !

Lire la suite...

- page 2 de 8 -